Vehicule collaborateur citroen, pourquoi le choisir ?

Accueil » Dossiers
vehicule-de-collaborateur-citroen

Définition et avantages d’un véhicule collaborateur

Le véhicule collaborateur Citroën n’est pas une voiture neuve ni une voiture d’occasion. C’est un placement qui va se situer entre les deux. Les avantages sont multiples, mais la démarche n’est pas toujours simple.

La voiture de fonction n’est pas le véhicule de collaborateur. En effet, c’est une voiture qui va être utilisée par des professionnels à des fins professionnelles. Et généralement, ce sont des moyens de transport particulièrement riches en kilomètres.

Les constructeurs automobiles sont nombreux à s’intéresser au véhicule collaborateur. Pour faire simple et vulgariser ce terme un peu troublant, le véhicule collaborateur est une voiture qui a été remise au personnel de l’entreprise. Généralement, ce sont des personnes qui vont avoir une réduction tarifaire importante. On parle d’environ 20% en moins ! Ces tarifs préférentiels ne sont pas disponibles pour le grand public… en temps normal.

Grâce au véhicule collaborateur, ce n’est plus que de l’histoire ancienne ! En effet, ces voitures sont achetées par ces personnels de l’entreprise, pour ensuite les revendre à un prix similaire. Il est évident que la personne membre de l’entreprise va en tirer un énorme bénéfice !

Pour le particulier qui souhaite acheter une voiture, c’est également une bonne affaire. La voiture est une première main et peut obtenir une décote jusqu’à 25% du prix du neuf. Pour certains modèles de voiture, le véhicule collaborateurs Peugeot est une excellente alternative comme la ds3 black lézard. L’entretien de la voiture a été suivi minutieusement par l’entreprise où travaille le collaborateur, soit la concession ! En d’autres termes, c’est la mise à disposition d’un véhicule neuf à prix d’occasion.

Est-ce que les voitures de collaborateurs sont encore sous garantie au moment où quelqu’un décide de l’acheter ? Oui. Est-ce qu’il y a des conditions à respecter ? Bien sûr ! Quelles sont-elles ? Tout d’abord, le véhicule doit avoir été bien traité et n’avoir subi aucun accident (ce qui semble logique en soi). La seconde condition va être d’avoir un kilométrage supérieur au minimum exigé. Selon les constructeurs, cela varie, mais généralement, une voiture qui possède un kilométrage inférieur à 1000km ne sera pas disponible à la vente. La troisième et dernière condition sera qu’il faut que le véhicule attende quelques mois avant de pouvoir le placer à la revente. Il arrive que plusieurs personnes laissent la voiture se reposer dans le garage pour améliorer sa décote et réaliser une belle plus-value ! C’est malin, mais au final, tout le monde s’y retrouve.

On peut donc dire que c’est un bon plan !

Comment acheter un véhicule de collaborateur ?

Les concessions sont nombreuses, en France, à proposer ce type de services. La plupart des concessions françaises sont disponibles, à savoir Peugeot, Citroën et Renault. Mais il est possible de cibler des marques étrangères comme Volkswagen qui propose ce type de service sur certaines plateformes.

L’achat de ce type de voiture doit être sérieux de la part des deux parties, tant du collaborateur que de l’acheteur. Il y a donc plusieurs étapes avant de réaliser l’acquisition de ce type de voiture.

  • Tout d’abord, l’acheteur doit se renseigner avec le collaborateur pour savoir s’il est possible d’essayer le véhicule. Il est utopique de croire que l’on peut acheter une voiture sans même l’essayer. Il s’agit de vérifier si le moteur fait un bon produit, quel est l’entretien général de la voiture, comment réagit-elle, freine-t-elle bien, même brusquement ?
  • En fonction de l’essai, un premier aperçu du véhicule sera donné. Puis, si celui-ci s’avère être concluant, alors, il n’y a plus qu’à aller voir votre banque pour demander un chèque de banque. Bien évidemment, si c’est possible, il faut faire jouer la concurrence en insistant bien pour avoir le taux le moins élevé du marché. Le deuxième organisme à contacter va être l’assurance. Toute transaction de véhicule est interdite sans une attestation d’assurance à la bonne date. Aujourd’hui, c’est possible de le faire par téléphone, voire par mail ou le chat Facebook, pour obtenir une attestation très rapidement. La réception de l’échéancier se fera par courrier postal, par la suite.
  • Lors de la transaction, le collaborateur (et vendeur) doit transmettre un certain nombre de documents. Le certificat d’immatriculation doit être bien barré dès lors que le chèque de banque a été transmis à l’acheteur. Il faut ajouter la date, l’heure et la signature sur la carte grise. Sinon, il ne sera pas possible de le faire enregistrer à la préfecture pour le nouveau certificat d’immatriculation. Le certificat de non-gage doit être remis. Celui-ci doit dater de moins d’un mois, et assurera que le véhicule n’a pas eu d’accident, d’une opposition judiciaire, que ce soit par un huissier ou le Trésor Public. Le contrôle technique doit être fourni, notamment si le véhicule a plus de 4 ans et que le vendeur n’est pas un professionnel. Ce document doit être réalisé peu de temps avant la vente. Et enfin, le dernier papier est le plus important : le certificat de cession. Il est disponible dans les bureaux à la préfecture.

Avec toutes ces étapes, n’importe qui est en mesure d’investir dans un véhicule de collaborateur. Et on le rappelle : oui c’est une excellente opportunité avec un rapport qualité/prix imbattable !

Rédigé par Bastien Simon le 21/12/2018

Dans la même catégorie